Maintenant sur youtube et dailymotion.

mercredi 9 février 2011

Plus dure sera la chute.


Bonjour à tous.

J'ai appris il y a peu l'existence d'une profession bien étrange. Nous devisions joyeusement autour d'une bière forte avec quelques amis, quand l'une d'entre elle me fit découvrir ce métier fascinant de "chuteur".

Il s'agit d'un groupe d'individus, payés par la mairie de Toulouse semble-t-il, dont la mission consiste à faire "chut..." ostensiblement dans la rue, les cafés, et jusque dans les théâtres.
Objectif affiché, que les braves gens puissent dormir, boire, ou apprécier leur spectacle sur leur deux oreilles sans être dérangés par un poivrot ivre mort braillant à la lune.
Et quand je dit "braves", je pense "aisés" et capable d'acheter ou de louer les appartements du centre-ville ou en bordure de Garonne.

Car la mesure ne touche, chose étrange, que la rive droite de cette dernière. La gauche ne profitant pas de la mise en place de ce système ingénieux des chuteurs et devant se contenter des "ferme ta gueule ou tu prends un coup de taser".

Si vous préférez, les chuteurs sont à la vie publique ce que la censure est aux médias.
Ceci étant dit, tout semble d'une logique implacable quand on sait que la même mairie a pris l'initiative de créer un "office de la tranquillité" depuis Septembre 2010.

Cette officine a pour douloureuse tâche de centraliser l'ensemble des plaintes relatives à la nuisance en général. La dernière fois que j'ai eu affaire aux forces de la police, elles m'ont fait comprendre que c'était effectivement ce groupuscule de bande-mous qui les avait mandatées.
Laissez-moi donc vous narrer cette anecdote. Certains d'entre vous le savent, je fait partie d'un groupe de musiciens, et il m'est arrivé à plusieurs reprises de faire chez moi des répétitions.

Étant donné que le style de cette formation est plus proche de Georges Brassens que de Iron Maiden, et que mon voisin le plus proche ne semblait pas être dérangé par mes tribulations chansonnières, j'en déduisis que le volume sonore à une heure plus que raisonnable ne devait pas porter atteinte à la sérénité des autres habitants de l'immeuble.

C'était sans compter sur l'infâme bigot du troisième que mes voisins de pallier n'hésitent pas qualifier de fieffé emmerdeur. Cette engeance de cureton, plus croyant qu'un membre de l'UMP, plus pieux qu'une literie Dunlopillo, plus religieux qu'une pâtisserie, plus fervent qu'une flûte traversière, m'avait déjà gratifié d'une bonne quinzaine de visites pour des motifs aussi divers et variés que le bruit, l'odeur, la fumée de nos cigarettes, sa femme et son gros culte.

Ainsi, une heure après la fin de notre répétition, je reçus l'aimable visite de trois illettrés en bleu de travail qui me firent la morale à sept heures du soir, arguant qu'il y a des gens qui bossent et se couchent tôt alors que moi-même dépasse largement le taux horaire hebdomadaire autorisé par la loi à cause de mes vies multiples. Quand un des fonctionnaires m'intima l'ordre de présenter une pièce d'identité, j'obtempérai en demandant si leur venue me gratifierai d'une contravention. Ces derniers me répondirent que non, n'ayant pas été capables de constater la moindre nuisance.

Quand je leur demandai qui les avait appelés, ils se contentèrent de me signaler que le tout puissant office de la quiétude des toulousains était la seule raison de leur présence. Dès lors j'en conclus que le seul intérêt d'un tel service consistait à permettre aux emmerdeurs attachés à leur tranquillité comme le SIDA à l'Afrique Noire de se planquer derrière l'anonymat pour se plaindre de tout et n'importe quoi.
Pour en revenir à mes chuteurs, je dirai que la mairie a bel et bien fait une connerie en les rétribuant pour leur besogne car je connais au moins un connard vivant moins de 10m en dessous de moi qui s'en accommoderait gratis.

Le propre de ces deux institutions toulousaines est leur caractère bien pensant qui dispense les gens de civisme et ne fait que les conforter dans l'idée que, s'ils font un écart, quelqu'un se chargera de le leur faire remarquer, et que s'ils en constatent un, une personne pourra se charger à leur place de s'en émouvoir.

Des personnes de cet acabit il en existe partout. J'en suis moi-même la cible régulièrement sur mon blog ou lorsque je me risque à me produire sur scène. Ces inconnus qui se croient tout permis sous prétexte qu'ils pensent vous connaître se reconnaîtront s'ils lisent ces lignes.

Mais n'allez pas croire que ces censeurs light ne sont que des couards incapables d'assumer leur rigidité d'esprit. Non. Il en existe des célèbres. On se réjouit de telle ou telle révolution dans d'anciennes colonies. CHUUT... Finkielkraut nous met en garde sur une monté de l'islamisme et le danger pour Israël. On s'offusque qu'une ministre et le premier ministre se barrent en vacances comme si de rien n'était dans des dictatures en branle. CHUUT... Tout ça n'a pas d'importance comparé aux VRAIS problèmes des Français. Les magistrats se lèvent contre les propos outranciers à leur égard de la part de celui qui est censé les défendre. CHUUT... Respectez la douleur de la famille de la victime. Un petit chinois vient de mourir sous les coups de son patron parce que ses doigts ankylosés ont raté la couture d'un maillot de l'équipe de France de foot. CHUUT... C'est un contrat qui rapporte. Des suicidés à France Télécom. CHUUT... Un amourette Extra Présidentielle.. CHUUT... Un ministre mouillé jusqu'au cou pour le financement d'un parti.. CHUUT... Un autre dans des affaires de médicaments tueurs. CHUUT... La planète se fout l'air, déprimée d'avoir engendré la seule espèce capable de la détruire. CHUUT... La misère, la guerre, la vie qui devient morne pour ceux qui hier encore avaient l'espoir et reste invivable pour ceux qui l'ont perdu. CHUUT... CHUUT... CHUUT... Et bientôt plus rien. Le silence. Tu parles d'une chute.

3 commentaires:

mariegregoire a dit…

Trouvé ton blog sur le site de Boulet.
J'aime.
Joli article sur les relations entre individus dans les villes. Phénomène pas très récent mais toujours d'actualité. J'avoue que l'anecdote ''chutteur'' détonne un peu.
See ya

Aiphix a dit…

Merci pour le commentaire qui est d'autant plus appréciable que peu ordinaire. Je suis en effet plus souvent la cible d'anonymes un peu revanchard que de complimenteurs nominatif.
Merci encore du soutien.

mariegregoire a dit…

Revanchard, sur ce type d'article, je ne vois pas comment… ;) anonyme, je ne pensais pas mettre mon pseudo, mais c'est tellement automatisé…
Ton article il est relativement long et apporte des infos intéressantes (et j'étais dans un jour ''commentaire'') ^^ donc ce serait dommage de ne pas le notifier.
Soutien, hu, tu me fais peur, là :) *a une image toute gentille des blogs, ne veut pas perdre ses illusions trop vite*
see ya

Enregistrer un commentaire