Maintenant sur youtube et dailymotion.

lundi 3 août 2015

Mes identités nationales - une conférence gesticulées dans tous les sens du terme.

Bonjour à tous!
Une chronique rapide et un peu spéciale pour vous annoncer que j'ai fini il y a peu la conférence gesticulée de mon camarade Pablo Seban sur ses identité nationale. Gesticulée par le conférencier et signée en simultané par deux interprètes en langue des signe Française cette vidéo est une mise à jour de la conférence que Pablo joue depuis quelques années et que je suis depuis à peu près autant.

Si je me permets de faire honteusement de la pub à un projet que j'ai réalisé à l'occasion du festival le Vent se lève à JOB, c'est parce que je souhaite diffusé ces idées de la meilleur manière que je puisse. Pour se faire, et pour les fainéants pour qui une heure trente de vidéo est insupportable (:D) je vous invite à aller voir la playlist en chapitre de la conférence de Pablo ici :

Pour vous faire un très cours résumé de la conf, c'est l'histoire d'identités imposées ou subies, revendiquées ou structurantes qui sont réutilisées par la mécanique raciste pour justifier les inégalités et faire s'assoir la position réactionnaire comme une pratique plus acceptable et évidente que la révolte...
Bref, encore une fois, allez voir, commentez, partagez, dites ce que vous en pensez et surtout, si vous êtes conférencier ou juste que vous avez quelque chose à dire, ma caméra et mon amateurisme est à dispo pour faire parler ceux qui le souhaite dans un esprit de lutte et de révolution! A bon électeur, salut!

mercredi 24 juin 2015

En Goguette #4 : Mentir.

Bonjour à tous!

Cette petite note pour vous annoncer plusieurs choses.

En plus de cette goguette écrite sur l'air de "Maigrir" par Sanseverino, je vous annonce, d'une part, que je serais, ce vendredi, au Point B'Art à Castres avec l'ensemble de l'équipe de Pas Plus Haut Que Le Bord pour un grand cabaret politique et satirique et ce à partir 21h! Avec mon copain Baptiste Plume, nous y jouerons deux goguettes et j'y serais également présent pour tourner toute la soirée.
D'autre part, il se trouve qu'en ce moment mes activités de monteur/tourneur/fraiseur ne se sont jamais aussi bien portées et que je ferais diffusion sur ma chaîne Youtube non pas d'une mais de deux conférences gesticulées! Je vous garde la surprise en ce qui concerne les sujets abordés et l'identité des conférenciers et je vous tiendrais au courant de leur diffusion ici même.
Enfin, avec le même camarade Baptiste Plume on compte monter une petite formation musicale populaire de goguettiers pour faire quelques concerts cet été et participer au festival international de la goguette dont la date et le lieux seront diffusés dés que je les connaitrais :D!
En attendant bonne lecture de texte et/ou interprétation!

Avant je jouais les socialos
J’récoltais les voix des profs et des bobos
Maire de Tulle, quel ennuis sans façon
Pour mon ciel j’ai d’plus hautes ambitions

Mentir, à tout prix,
Devenir franc, Elysée moi comme un seul homme
Méritez mon gouvernement,
Comment, devenir franc sans devenir fourbe
Comment, devenir franc sans devenir fourbe

Je m’enlise, jsuis long à la détente
On pourrait croire que j’roule pour l’CAC 40
Depuis mon palais, je n’me soucis de rien
Grâce à mon exercice il se porte bien

Mentir, à tout prix,
Devenir franc, Elysée moi comme un seul homme
Déprimez mon gouvernement,
Comment, devenir François ? Devenir fourbe !
Comment, devenir François ? Devenir fourbe !

Je suis fiable comme un pédalo
Vaillant et preux comme un Dodo
Franc comme l’était Sarkosy
Triste comme un film de Bernard-Henry Levy
Pour faire peau neuve même un régime
Ne séduis plus l’peuple en déprime
Et Valérie folle de rage
Va m’faire plonger dans les sondages
Comment, devenir franc sans devenir fourbe
Comment, devenir François? Devenir fourbe!

Je coupe toutes les subventions
Je file du pèze à tous les grands patrons
Dans le Limousin, les sans dents l’ont dans le dos
Demain peut-être vous regretterez Sarko

Mentir, à tout prix,
Devenir franc, Elysée moi comme un seul homme
Méprisez mon gouvernement,
Comment, devenir François ? Devenir fourbe !
Comment, devenir François ? Devenir fourbe !

A bon électeur, salut!

mercredi 17 juin 2015

Si Jaures su, Jaures pas venu.

Bonsoir à tous!
Critiquons, moquons-nous, des riches, des puissants, des cons et mal baisant mais n’oublions jamais que la haine aveugle n’est pas sourde.

“Ah ben mon vieux, si j’aurais su, j’aurais pas venu.”
C’est ce qu’aurait pu se dire ce pauvre Rémi Fraisse au moment où cette satanée grenade offensive, aussi appelée shrapnel ou grenade  à fragmentation en des périodes plus sombres et moins édulcorée de notre histoire, c’est ce qu’il aurait pu se dire lorsque cette grenade lui a arraché une grande partie de son sac à dos et de sa colonne vertébrale.
Encore que, étant donné que le pauvre bougre venait à peine de fêter ses 21 étés moins de deux mois avant son assassinat, et que le fameux solécisme, si j’aurais su j’aurais pas venu, prononcé par P’tit Gibus dans l’adaptation cinématographique de 1962 du roman “La guerre des boutons” est absent des deux remakes de 2011 pour des raisons de propriété intellectuelle, il est fort peu probable que le cerveau du trop jeune homme eu la présence d’éclairer ses pensées de cette turlutte ironique avant de s’éteindre dans le néant.
Mais je sens bien que notre auditoire Campusien, Esquilleur, ainsi que Christophe, ont tiqué au mot solécisme. Dis donc, j’en reviens pas de devoir expliquer les bases élémentaires du lexique grammaticale.
Venez vous plaindre après que mes chroniques sont trop remplies et mes phrases alambiquées, alors que le titre de l’émission est Pas plus haut que le bord.
Pour ceux qui n’ont pas wikipédia sur leur intélliphone, et d’après Chateaubriand, c’est vous dire si c’est pas de la merde, ouvrez les guillemets, et fermer vos gueules, “un solécisme est un barbarisme heureux qui reste dans une langue sans la défigurer”. Et là, attention encore! Rien à voir avec une fellation qui termine en éjaculation faciale hein? Bande de pervers!
Bref, si j’aurais parlé de cette phrase en introduction de mon billet se sera parce que, la commission d’enquête parlementaire sur les missions et les modalités du maintien de l’ordre républicain a rendu son rapport le 28 Mai dernier sans que cela ne provoque plus de réactions qu’un pet de mouche n’a d’impact sur le réchauffement climatique.
En substance le rapporteur, Pascal Popelin, ça s’invente pas, nous explique, du haut de sa superbe, que si Rémi aurait pas eu manifesté il serait pas eu été mort.
Au menu des réjouissantes propositions de cette grosse commission merdique, pourtant présidée par le parlementaire Mamère : interdiction administrative de manifester pour toutes personnes suspectées d’être casseurs ou violents sans aucune forme de procès ou d’enquête en prévention d’infractions ; contrôle des informations livrées à la presse et limitation de leur présence pour ne pas entraver les manoeuvres de violence légitime et policière ; maintient de l’utilisation des flashballs dont le nombre de munitions utilisées est pourtant passée de 564 en 2010 à 1566 en 2012 police et gendarmerie confondue ; utilisation de lumières aveuglantes et de diffusion de sons incapacitants pour les dispersions ; augmentation du nombre de véhicules blindés à disposition ; facilitation des condamnations pour les infractions commises lors de manifestations et cetera, c’est atterrant et c’est terrible…
Il est à noté que Mamère, vert de rage, s’est désolidarisé du rapport et a commit, en avant propos de ce dernier, un texte qui remet en question l’ensemble de ces mesures et pointe le manque de solutions apportées pour la protection du droit à manifester.
8 mois et un massacre de Charlie plus tard, la réponse des représentants du peuple au ras le bol, à la contestation, à la crise, la misère, l’incongruité des projets pharaoniques de construction et la révolte qu’ils suscitent est donc claire :
“Si tu voudrais ouvrir ta gueule, tu le ferais à tes risques et périls.”
Toujours est-il qu’en ce qui me consterne, mais ça n’enrage que moi, que les trous de balle qui prônent la non violence et justifient sans cesse leur discours sécuritaire par la fameuse maxime : “si tu n’aurait rien à te reprocher, tu eût ne risquer rien”, que ces déliquescents sociaux-démocrades traîtres se rassurent, l’état se charge d’être violent pour eux!
Il ne me reste qu’à leur souhaiter de crever de cholestérol la gueule ouverte, bien planquer derrière les cars de CRS, qu’ils n’hésitent pas à applaudir des deux mains chaque fois que leurs chiens de gourdes casqués les protège de toutes velléités révolutionnaires ou contestataires.
1984, Brazil, Soleil Vert et  Fahrenheit 451 ne sont finalement que des contes pour enfants quand on constate la réalité crue du monde qui nous entoure, comme un cordon de bleus uniformes.
Enfin, peut-être que j’exagère mais n’oubliez pas l’idée fixe n° 13 :
“Un homme asservi en vaut deux.”

A bon électeur, salut!
lu à Pas Plus Haut Que Le Bord Mardi 16 Juin au Bar l'Esquile et diffusé Mercredi 17 à 18h sur Radio Campus FM 94.0

mercredi 10 juin 2015

Pas Plus Haut Que Le Bord, la première émission de radio pour les sourds!

Bonjour à tous!
Chronique un peu particulière puisqu'au lieu de me répandre en anathème sur tel ou tel sujet, j'aimerais vous présenter un projet qui me tient à coeur et que j'ai réalisé la semaine dernière à l'émission de radio Pas Plus Haut Que Le Bord qui, pour l'occasion, a été traduite en direct par des interprètes en langue des signes.

En effet, et pour la première fois à ma connaissance de l'histoire radiophonique, une bande de rigolos se sont mis en tête de faire de la radio pour les sourds.
Je pourrais vous raconter l'origine du projet, qu'un des chroniqueurs, Chrysostome, est lui-même interprète, que ça fait un moment que, personnellement, je m'intéresse à ces questions de communication avec le peuple sourd, mais là pas le propos.
Je veux juste vous faire part de ce travail, avec ses qualités et ses défauts, et auquel suivra bientôt une conférence gesticulée, intitulée "Mes identités nationales", et filmée également avec des interprètes à l'occasion du Festival le vent se lève à JOB dernier.
Voilà, pas plus de détails ne sont nécessaires à mon sens et, si vous voulez en discuter, les commentaires sont là pour ça :)
A bon électeur, salut!
Aiphix.

mercredi 27 mai 2015

En Goguette #3 : La corruption.

Bonjour à tous.
La dernière soirée de tA MÈRe la goguette au café associatif CHeZ tA MÈRe à Toulouse c'était le Mercredi 20 Mai! Du coup je me suis fendu, en plus de la poire, d'une goguette à propos du changement de nom de l'UMP sur l'air de Les cornichons de l'immense Nino Ferrer.
La soirée a été filmée et sera diffusée dans les semaines à venir (j'ai beaucoup de taff en vidéo en ce moment, un peu de patience :p) Vous pourrez m'y voir en chier des ronds de chapeau pour essayer de coller à la voix du maître.
Enfin, en attendant, bonne lecture et/ou interprétation si vous voulez pousser la chansonnette à l'heure de l'apéro!
A bon goguettier, salut!

Notre parti, décati, en pleine déconfiture
N’en était plus à sa première imposture
Pour faire plus neuf, nouveau nom, qu’on annonce aux journaux
De la radio

La corruption
Idées ringardes
Faux électeurs
Ou Bygmalion
Les fausses factures
Au vide-ordure
Plus d’corruption

Nouveau tarif
Sans que capote
Les adhésions
Les élections
Pour faire plus peur
Encore qu’hier
Aux cornichons

Nous on avait rien branlé, c’est Nico qu’a tout fait
Il a même twitter trois jours sans s’arrêter
Pour qu’l’effet bœuf du nouveau nom monopolise les journaux
De la radio

Logo étroit
Et marseillaise
Emblème d’état
Et confusion
Dans l’but avoué
D’faire oublier
La corruption

Mais quand on a déposé le nouveau nom du parti
C’est avec virulence qu’il fut accueilli
Du coup on bluff, et le patron va dans tous les journaux
et les radios

Il va ramer
Pour dire que la raison
Du changement du blase
N’a rien avoir avec la corruption
Avec les faux électeurs
Ses idées ringardes, les élections
Ses vacances sur un yacht
Et puis ses affaires de corruption

mercredi 20 mai 2015

À l'eau to loose.

Bonjour à tous.
Critiquons, moquons-nous, des riches, des puissants, des cons et mal baisants mais n'oublions jamais que la haine aveugle n'est pas sourde.

«Qui a peur du grand méchant loup, c'est pas nous, c'est pas nous. Qui a peur du grand méchant loup, c'est pas nous, du tout!»
Voilà en substance la réponse de la majorité des toulousains quand on leur parle de leur maire et de ses pratiques plus que discutables, voir carrément fascisantes, en matière de politique de sécurité haut les mains peau de lapin, pan pan, t'es mort.
Bien protégés derrière leur maisonnette faite de briques et de roques, les rois petits cochons de la ville rose chantent à tue tête de turc et à qui veut l'entendre la comptine provocante envers le loup totalitaire. Ce dernier, échaudé par les expériences désastreuses de ses ancêtres, ne passera pas par la cheminée de peur de finir en bouillie canine sous quelques molaires porcines. Il ne s'épuisera pas non plus à souffler, souffler et souffler son haleine de verve pour expulser de chez eux les moins roses des gorets. Oh que non ! Ce loup là est un malin. C'est les habitants eux-mêmes qui l'invitent chez eux chaque fois qu'ils décrochent leur téléphone rose pour dénoncer leurs voisins.
L'office de la tranquillité, bureau des complaintes anonymes, jadis instauré par le non regretté Cohen, n'est plus et s'est fait remplacer sur ordre du regrettable Moudenc par Allo Toulouse, sévices publiques similaires des délations non nominatives proposant au bon peuple tout looseur l'opportunité de convoquer chez des voisins trop bruyant et/ou mal odorant la brigade d'intervention en moto qui n’est finalement qu’une sorte de CHiPs à la française, mais sans le sourire enjôleur et le teint hâlé d'Erik Estrada.
Dans les prérogatives de cette toute nouvelle police morale des incivilités, on compte : la lutte contre les tags et les nuisances en tout genre, l'enlèvement des encombrants et des véhicules abandonnés ou mal stationnés, la capture ou l'élimination les animaux errants et insectes nuisibles, et, la cerise sur le clafouti à l'acérola, je vous jure que j'invente rien, la surveillance de votre domicile si vous souhaitez visiter votre villa aux Maldives ou votre chalet au Val d'Isère.
Enfin, il n'est pas impossible que j'extrapole. Peut-être que la maréchaussée est prête à faire le pet devant tous les appartements HML et les tous les squats associatifs de la communauté de commune. Remarque, ça permettrait d'expliquer la présence quasi systématique des cars de CRS dans les quartiers populaires sitôt qu'une bande de jeunes d'origine pas d'ici s'y réunissent à plus de un.
Paul, un petit cochon grabataire s'inquiète de voir son beau mur de briques salopé des graffitis. Ces derniers furent probablement laissés par les manifestations antipatriotiques se plaignant, sans aucunes raisons apparentes, de l'usage pourtant nécessaire de la force à l'encontre de ses mal-peignés mal-rasés malotrus qui empêche les honnêtes travailleurs du chantier de la rivière de raser les arbres qui gâchent la forêt de béton qu'annonce la construction imminente du barrage.
Il se saisit, avec tout son émoi parkinsonien, de son téléphone vengeur et compose le numéro figurant dans la gazette du bois joli dont son maire, monsieur Loup D'enc, est le rédacteur en chef, l'éditeur en chef, le maquettiste en chef, le chef du service politique, le pigiste, le distributeur, le propriétaire et le principal lecteur.
À l'autre bout du fil, la voix préenregistrée de monsieur Loup D'enc débite un message d'accueil afin d'orienter les usagers vers le service adéquat:
"Bonjour cher administré de la commune du grand bois joli et bienvenue sur le service public de délation anonyme des incivilités bolchéviques.
Vous souhaitez..."
Pause de deux secondes pour bien laisser le temps aux destinataires du message de se préparer à sa réception.
"Dénoncer votre voisin ou tout autre animal sauvage pour nuisance à l'encontre de la tranquillité de votre être intérieur ou extérieur, tapez un.
-Dénoncer votre collègue pour propos injurieux envers la police, la France, le concept d'entreprise seule créatrice de richesse ou pire, notre chère mairie et donc par ricochet notre maire adoré, tapez deux.
-Rapporter une incivilité odieuse défigurant la nature paisible et flamboyante de notre glorieuse cité, tag, mendiant, fille de peu de vertu ou voiture mal garée, tapez trois.
-Faire appel à notre service de protection de domicile principal durant votre visite de domicile secondaire, tapez votre numéro de carte de crédit."
Tout juste avant d'atteindre le cadrant rotatif de son appareil pour sélectionner sa réponse et par acquis de conscience, Paul, le porc si niais, ajusta ses lunettes double foyers pour découvrir que le mur de son logis n'était souillé d'aucune complainte à caractère gauchisant mais d'un sympathique soutient aux idées de sa jeunesse lorsqu'il participait encore à l'OAS.
Et c'est le cœur empli de nostalgie de ses années perdues que le vieil ongulé raccrocha le combiné en se persuadant que cette élan de vertueuse expression ne méritait pas l'emploi des forces de l'ordre, que les déranger pour si peu ne serait pas très civique et risquerait de l'exposer lui à une contre enquête bien compréhensible.
Toujours est-il qu'en ce qui me consterne, mais ça n'enrage que moi, je ne parviens pas à me convaincre de la capacité de nos sociétés à s'interdire de basculer dans une nostalgie de l'ordre, d'un temps où l'on pouvait proposer, pour résoudre les questions de la pauvreté, de la délinquance et de la lutte des classes, une criminalisation, pure et simple, des pauvres et de la misère, comme le préconisait Milton Friedman dans les années 30 ainsi que tous les actuels adeptes ineptes de l'école de Chicago.
Quel rapport avec notre vieux loup de maire et sa nouvelle BIT (Brigade d'Intervention Toulousaine) me diriez-vous?
Et bien depuis que les quartiers populaires des centres des grandes villes se sont vu anoblir de la présence toujours plus importante de CSP ++,  l'intolérance envers la plèbe est devenue le fer de lance des politiques d'hygiénisme visant à rendre agréable les condos payés rubis sur l’ongle et profitant d'une fenêtre sur cour.
La sûreté de la première couronne s'exprime alors comme un service public indexé sur le revenu des administrés qui en jouissent et ce en totale adéquation avec les mœurs et les coutumes des théories libérales suscitées.
Ainsi les nantis sémillants peuvent en toute quiétude réinvestir leurs quartiers chéris du centre ville et perpétuer la valse des exodes vers les banlieues des populations déjà marginalisée.
Moralité, réfléchissez à deux fois avant de vous répandre à quelque fonctionnaire zélé que ce soit car, se faisant, vous préparez peut-être sans le savoir vos valises pour une vie de cauchemar.
Et n’oubliez pas l’Idée Fixe n°17 :
«Les dictatures poussent en arrosant elles-mêmes de liquidités le jardinier qui les a fait naître.»
À bon électeur, salut.

lu à Pas Plus Haut Que Le Bord Mardi 19 Mai au Festival le vent se lève à JOB
et diffusé Mercredi 20 à 18h sur Radio Campus FM 94.0

mercredi 6 mai 2015

Tisséo, Santiano...

Bonjour à tous.
Critiquons, moquons-nous, des riches, des puissants, des cons et mal-baisants, mais n'oublions jamais que la haine aveugle n'est pas sourde.
Juste au moment où j'allais me réjouir de passer une matinée entière à me dorer la pilule auprès de mon arrêt de bus providentiel, voilà que l'un des derniers honnêtes travailleurs au volant de son engin se décide enfin à charrier la main d'œuvre avionique néanmoins furibard d'avoir été tenu d'attendre après lui.
Et oui! La grève des transports c'est chiant.
On pourrait même penser qu'ils n’en ont rien à foutre de moi, pardon je veux dire de nous. Tu parles d'un scandale! La trêve de la pacques a certes permis de profiter d'aller-retours une semaine durant, mais, sitôt les congés épuisés, voilà que les pilotes de la firme prétendant tisser haut le canevas du réseau toulousain de transport en commun, et dont je tairais le nom, se remettent joyeusement en congé sans solde à caractère contestataire.
Heureusement qu'il subsiste encore des citoyens qui dénoncent courageusement la prise d'otage causée par ces feignasses de privilégiés et dont ces usagers sont les innocentes victimes, arrêtez-moi je vais vomir...
Oh les croquants, les fâcheux et les peine-à-jouir, ça ne vous direz pas de la mettre en veilleuse trente secondes?
Comment en ait-on arrivé en moins de quelques décennies à ce que des travailleurs reprochent à d'autres le fait de se bouger le cul pour tous. Parce que, vous pourrez tourner le problème dans toute l'essence que vous voudrez, vous n'arriverez pas à me convaincre que le seul intérêt personnel de quelques chauffeurs puisse fournir le carburant nécessaire à une auto mobilisation de plus d'un mois!
Qui donc s'est intéressé aux revendications des grévistes avant de crier haro sur les ouvriers qui, décidément, font toujours chier le monde sitôt qu'ils osent remettre en question leurs conditions de travail merdiques et leurs salaires misérables.
Car, après leur avoir refusé une augmentation de trois pour cent, et en leur en proposant une de 0,45%, constituant pour les grévistes une perte net de salaire compte tenu de l'augmentation de la CSG, la direction n'a rien trouvé de mieux pour apaiser le conflit que de les attaquer en justice.
Non mais qu'est ce que putain de quoi!
Non content de ne pas informer les usagers de la situation heure par heure des bus en circulation, alors quelle dispose largement des moyens pour le faire, sa majesté la régie refuse la réouverture des négociations certainement afin de mieux concentrer le mécontentement des transportés envers leurs transporteurs dans le but évident d'ajouter d'autant plus de pressions sur les premiers tout en manipulant les second.
Toujours est-il qu'en ce qui me consterne, mais ça n'enrage que moi, même si la frustration est compréhensible, elle ne justifie en aucun cas la harangue que subissent ceux qui défendent leur travail envers et contre tout. Et enfin, si vous preniez ne serait-ce qu'un peu de temps pour vous informer avant de pester sur des camarades en lutte, vous seriez d'autant plus à même d'apprécier, comme moi, ces longues heures d'attente au soleil et de comprendre un peu mieux les raisons qui vous poussent, jour après jour, à trimer pour ceux qui vous exploitent car
Idée fixe numéro 4 :
« Si le crime ne paie pas, le travail non plus. »
À bon électeur, salut!