Maintenant sur youtube et dailymotion.

mercredi 25 février 2015

L'art, gente rôt, chaire de l'éco nomme.

Bonsoir à tous.
Critiquons, moquons-nous, des riches, des puissants, des cons et mal-baisants mais n'oublions jamais que la haine aveugle n'est pas sourde.
En ces périodes troubles de passage en farce d'apparente neuve loi à coup de 49.3, j'aimerais profiter de ces quelques minutes d'expression corporelle radiophonique pour vous entretenir à propos des modèles.<--break->
Que les plus lubriques d'entre vous calment Nafissa leurs ardeurs Carltonniennes, je n'ai pas l'intention d'aborder ici la question des anorexiques en Prada, qui ne sont là que pour venter les mérites de crocheteurs de tricots trop chers pour être achetés, ou qui nous font marrer quand ces canons, qu'on ne peut décemment pas tirer sans se chopper une écharde en os, confondent le vide les séparant de leurs spectateurs avec le rebord de leur présentoir à viande maigre, en offrant au gotha de la fanfreluche des gamelles dignes de figurer au panthéon du slapstick.
À corps malingre, malingre et demi.
Je ne vais pas non plus vous parler des miniatures à monter soi-même, et ce malgré l'insistance du chef pour qui le modélisme est devenue autant une passion envahissante qu'une thérapie. En effet, et sur les conseils de son grand demi ami Sarkozy, cette activité minutieuse lui permet d'extérioriser son complexe divin tout en compensant ses mensurations de liliputes de luxes.
Il paraîtrait même qu'il aurait confectionné de ses mains potelées une figurine de Lorenzo à l'échelle 1/100ème afin de ne plus perdre les concours de celui qui a la plus longue que de quelques millimètres.
Les modèles dont je souhaite faire chronique, eux, décrivent le monde pour mieux nous inviter à l'entrevoir et à en percer les secrets. Ils émanent bien souvent de la rigueur de la méthode scientifique et sont, par conséquent parfaitement faillibles. Tous le monde sait qu'un bon physicien, sociologue, biologiste, informaticien, chimiste, anthropologue voir même historien ne se préoccupe guerre de la recherche d'une quelconque vérité.
Oh que non bande de gnous!
Ils préfèrent laisser ces frivolités aux philosophes, pythies, politiciens, curés cons et fesseurs de toutes les chapelles, et autres oiseaux sifflant mauvaises augures.
Nos chers cherchant chercheurs eux savent qu'ils savent qu'un homo sapiens ça pionce, et ils ont déjà bien assez de turbin dés qu'il s'agit de démontrer ce qui est faux dans leurs théories pour ne pas avoir à se soucier de ce qui pourrait être vrai.
Les modèles qu'ils décrivent, donc, s'affinent par erreurs répétées et n'ont que faire de leur avis sur la question.
Mais alors Jamie, et les économistes dans cette histoire, vous enquérez-vous, soucieux que vous êtes de savoir dans quelle catégorie se range les modèles qu'ils s'efforcent de nous faire entrer dans le crâne à langueur de JT par la lucarne.
Comme le paon putassier, le spécialiste des marchés se pare de roues, couleurs flamboyantes, pour dissimuler la fiente qui s'échappent des deux principaux orifices de son anatomie et attirer le chaland.
Il arbore pourtant fièrement la panoplie du parfait scientifique, lunettes insultantes, costumes mal taillés et palabres dénuées de sens pour le commun des mortels mais refuse de se plier à la rigueur nécessaire tout en s'en servant d’alibi pour l'imposer au nom de leur doctrine.
Mais l’alibi ne fait pas le moine disait Dominique Strauss Khan.
La prétendue science produisant ces modèles économiques ne procède qu'en théories auto prophétiques tant leurs oracles se dispensent formellement de sens critique et ont maille à partir avec les biais qu'ils induisent dans leur estimation de miel produit par la ruche humaine, quitte à refiler le bourdon à toutes les ouvrières.
Et quand abeille fâcher, Mailla partir.
Car enfin, on peut tourner et retourner le problème dans tous les sens, jamais la réalité d'une observation n'eut à se plier à un modèle scientifique de quelque nature que se soit.
De quel droit, de quel prétoire, de quelle autorité les Dominiques Seux,  Daniel Cohen, Jean-Marc Sylvestre et Jean Titirole, nous assènent-ils leur seule alternative au doux nom de TINA sans jamais remettre en question leurs certitudes. Et pourtant, les voilà qu'ils nous assurent, aidés de leurs graphiques trafiqués, de leurs statistiques stochastiques pathétiques et de leurs pauvres preuves pourries à l'appui que leur science est dure et ferme comme la dent qu'ils ont contre ceux qui osent mettre en doute leurs calculs erronés.
Toujours est-il qu'en ce qui me consterne mais ça n'enrage que moi,  tout porte à croire que l'inflation des théorie compte lotiste n'est pas près d'opérer une inversion de la croissance des augmentations de la courbe de la bêtise, et qu'il est impossible de nier que ces économystiques trouverons, dans leurs cerveaux emplis d'eau, l'art cash et les moyens nécessaires pour nous vendre leur soupe liquide en guise de chèque en blanc seing sans provision scientifique.

Et comme on dit à Bercy, monsieur, mais de rien madame :

"Que ceux qui n'ont rien à perdre se rassurent, on peut leur faire crédit."

À bon électeur, salut!
Lu à Pas Plus Haut Que Le Bord hier soir et diffusé ce soir à 18h sur Campus FM.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire